L’histoire de la soie débute, selon la tradition chinoise, au XVIIe siècle av. J-C et sa découverte remonte à SI-LING-SHI, princesse chinoise et femme de l’empereur Hoang-Ti en l’an -2640.

 

Un jour en prenant le thé dans le jardin de son palais, à l’ombre d’un mûrier un cocon de ver à soie tomba dans sa tasse. En voulant l’attraper, le cocon se déroula. C’est à ce moment-là qu’elle découvrit le fil de soie et en inventa le tissage. Elle fût vénérée « déesse de soie ».

 

Pendant près de trois millénaires ce tissu précieux est exclusivement commercialisé par la Chine sans que jamais elle ne transmette l’art d’élever les vers et de tisser la soie.

Cette soierie magnifique, symbole de l’Asie, a été confectionnée par des femmes tisserands qui ont perpétué un héritage artisanal depuis de nombreux siècles.

La soie est un tissu naturel noble, devenu une étoffe précieuse que seul les gens riches pouvaient se permettre d’avoir.

 

Jusqu’au XIIIème siècle la soie est essentiellement importée d’Orient, sa technique de fabrication est restée secrète jusqu’en 560, puis elle s’est transmise aux autres civilisations. 

En Europe occidentale le procédé de fabrication de la soie est arrivé au Vème siècle, puis au XIIIème siècle en France.

 

Aujourd’hui les principaux pays producteurs de ce tissu précieux sont l’Inde, la Chine, le Japon, le Brésil et la Thaïlande. Chaque pays a ses propres procédés de fabrication artisanale, ce qui rend chaque pièce unique.

 

Du vers à soie à l’étoffe précieuse, la soie est une fibre textile d’origine animale dont nous allons vous présenter le procéder :

 

La sériciculture est la première étape dans la fabrication de la soie, elle consiste à l’élevage des vers à soie également appelé la chenille du bombyx.

Cette chenille se nourrit essentiellement de feuilles de mûrier blanc. A sa naissance, le vers mesure quatre millimètre puis durant les 5 semaines de sa vie il mangera de nombreuses feuilles de mûrier ce qui lui permet d’atteindre 10 centimètres. Les chenilles régurgitent en quatre jours un à deux kilomètres de fil ce qu’il leur permet de filer le cocon.

 

Une fois la fabrication du cocon terminé, huit à dix jours après on enlève les supports destinés à sa fixation cette étape est appelé décoconnage.

Puis pour empêcher les chrysalides de se transformer en papillon car il y aurait un risque de briser le cocon on pratique l’étouffage.  Pour cela les cocons sont étouffés dans des étuves de 70 à 80°, puis pour que le grès se ramollisse ils sont trempés dans l’eau bouillante. Le grès est la matière qui entoure le fil de soie, le fil de soie est toujours blanc sa couleur dépend donc de la race du vers.

 

Les cocons sont ensuite remués avec un petit balai de bruyère pour accrocher les premiers fils de dévidage et ainsi trouver l’extrémité de chaque fil. Le fil est tiré délicatement, puis ensuite enroulé dans une dévideuse.

 

La dévideuse sert à réunir les fils de plusieurs cocons entre eux, afin d’obtenir la grosseur de fil désirée. Lors de son refroidissement, les fils se soudent entre eux pour obtenir de la soie grège, qui sera enroulée sur des écheveaux.

 

La préparation du fil est la phase finale de la fabrication de la soie, elle débute par le moulinage. 

Il consiste à rendre l’étoffe souple en effet plus le fil est tordu, plus l’étoffe le sera. Les artisans doivent tordre plusieurs fils de soie ensemble pour la rendre plus solide.

 

Afin d’éliminer le grès il faut pratiquer le décreusage, cela consiste à faire bouillir dans de l’eau savonneuse ou avec un dissolvant les écheveaux.

Une fois la soie décreusée, le fil de soie est imprégné d’alun afin d’être teint.

 

Le tissage est la dernière étape de la production,  il permet de créer le tissu de soie par l’entrecroisement des fils de chaînes et des fils de trame.

 

La soie est une matière noble qu’on distingue en différent types :

 

La soie sauvage est généralement utilisé pour les tenues de mariages, ceintures, cravates car elle est d’une brillance discrète et à la fois chic. Du fait que le fil utilisé soit plus brut que les autres soies, le tissu est moins cher donc le rapport qualité prix est important.

Ses deux principales caractéristiques sont ses irrégularités qui lui donnent un aspect artisanal original et en font tout le charme et l’authenticité.

Puis son épaisseur qui lui confère un coté plus brut que les matières brillantes et lisse.

La soie sauvage est tissé manuellement, car les fils sont irréguliers ce qui lui confère un aspect original.

 

Parmi la soie sauvage, il y a la soie du Laos qui est fabriqué de manière artisanale manuellement.

Les étoffes en soie du Laos ont un aspect naturel, brute ce qui la rend moins lisse que les autres soies.

Les femmes et les hommes tissent manuellement les fils de soie avec leurs propres procédés de fabrication, ce qui rend les pièces spécifiques à l’ethnie de l’artisan.

Suivant les méthodes, les artisans obtiennent des soies mates ou brillantes ou bien plus épaisses ou plus ou moins douces.

 

Le taffetas de soie contrairement à la soie sauvage il est beaucoup plus lisse et brillant car il n y a pas d’irrégularité. Le fil de soie est bien régulier ce qui donne à la soie un aspect brillant avec des reflets.  

 

Le satin de soie est idéal pour la confection de vêtements fluides tels que les robes, les jupes ou les robes de mariées. Cette matière brillante et satinée est parfaite pour les robes classiques quand la forme est épurée.

 

La soie est une matière facile à entretenir, il est conseiller de nettoyer l’étole de soie à la main dans une eau froide et légèrement savonneuse. Il ne faut pas la tordre ni même la frotter, le lavage et le rinçage doivent être rapide. Il faut ensuite la laisser sécher dans un endroit aéré à l’écart du soleil.

 

L’étole de soie est un accessoire incontournable de votre garde-robe, elle est parfaite pour les grandes occasions, mais également pour être portée tout au long de l’année.

La soie est une matière noble, à la fois légère par sa texture tout en étant originale suivant son utilisation.

Laissez-vous séduire par notre gamme d’étoles en soie sauvage, un accessoire chic dont vous ne pourrez plus vous passer.